Aller et retour pour l’enfer sexuel

Cadeau BDSM

Splendidement, la nuit se retirait pour faire place au jour radieux. C’était le matin. Les rayons limpides du soleil me réveillèrent. Une odeur exquise de chocolat fondu emplissait la cuisine. Non, je n’avais pas rêvé ce qui s’est passé cette nuit ! Quelques carrés de chocolat noir à 85 pour cent de cacao se mêlaient intimement au lait entier. J’adorais ça. Peu à peu, l’imposante masse grise de la ville s’éclaircissait. Comme chaque dimanche, dans le four à air pulsé, il avait fait cuir différentes sortes de viennoiseries. Il m’invita à m’asseoir. De ma place, je fixais les interminables rues en damier et les immeubles de béton. Cette nuit encore nous étions à la campagne… Comme chaque matin, il épluchait la presse sur Internet. Comme d’habitude, sa voix suave et enveloppante me résumait l’actualité de la veille.  Tandis que je mordais avec envie dans un croissant fumant, je vis une paire de menotte. Qu’as-tu pensé de la magnifique surprise que j’ai concoctée à ton attention hier mon tendre amour ? Hier, il m’avait offert un corset en satin rouge recouvert d’un voile de dentelle noire, icône suprême de féminité assorti d’un mini string transparent et de pinces à seins terminées par une clochette qui tintaient au moindre mouvement. Il m’a bandé les yeux jusqu’à ce que l’on arrive chez ces gens. Je dois vous prévenir que j’étais consentante. Je voulais pimenter notre vie sexuelle devenue morne et il avait accepté de me rendre ce petit service. J’étais sa soumise, il était mon maitre pour un soir. Nous nous rendons chez un souple adepte des jeux de soumission sexuelle. Dans la voiture je ne portais rien d’autre que ces dessous affriolants. Dommage, j’avais oublié les pinces. Je ne sais pas si des conducteurs m’ont vu ainsi mais l’idée m’excitait. N’oublions pas que pendant tout le trajet, j’avais un foulard sur les yeux.

Plaisir insolite de la fessée érotique

Je sentais le souffle de l’inconnu effleurer ma peau frissonnante, je sentais son corps me frôler sans jamais me toucher, j’entendais ta voix suave mais exigeante qui m’ordonnait de m’abandonner entièrement. Quant à la femme soumise, elle me griffait légèrement les seins puis aspirait les pointes. C’était la première fois qu’une femme me touchait. Il lui ordonna de me faire une minette, j’ai à ma grande surprise, gémis doucement de plaisir. L’homme posa sa main sur ma nuque et m’obligea à me mettre à quatre pattes. Il me commanda de me cambrer comme une femelle sage et soumise. C’est alors que j’ai senti que l’on me claquait les fesses. Je criais plus de surprise que de douleur mais une chaleur bizarre commençait à m’envahir. Je sentais mes mamelons durcir de plaisir. Il demanda à la femme après ma cuisante fessée de me lécher les fesses. Cette sensation m’excitait, je sentais mon sexe mouiller de plaisir. Je me surprenais  à soulever les fesses afin de lui faciliter la tâche mais l’homme exigea qu’elle s’arrête. Il m’enleva les menottes, me mit un collier et me traina dans la pièce à quatre pattes, me traitant de chienne lubrique. Il plaqua alors mon dos contre un mur. Il maltraita les pointes de mes seins devenues très sensibles un court instant. J’étais aplatie contre le mur et c’est dans cette position que mon mari me pénétra. Je ne voyais toujours rien. Je me suis mise à jouir très vite, violemment.

 

Orgasme anal

On m’installa alors sur un lit. Un doigt tentait de pénétrer mon cul. Je m’écriais, « non je ne veux pas ! »  Mon mari me rappela d’une voix sèche que je devais ce soir-là tenir ma promesse et obéir à toutes les sollicitations. L’inconnu  joua un instant avec mon clitoris, effleura mes lèvres intimes, puis finalement, à mon grand désespoir, appuya sur ma corolle. Je songeais à refuser mais d’une voix doucereuse, il me complimenta sur mes fesses rebondies et puis… j’avais promis. De toute façon avec ou sans mon autorisation, sous une poussée décidée, mon sphincter s’est d’abord contracté par réflexe, puis s’est ouvert vaincu. Le gland est entré. Légère douleur passagère. Je sentais son membre m’investir millimètre par millimètre, ses testicules effleuraient mon vagin toujours ouvert.  Mon anus s’est détendu et ne s’est plus opposé au va-et-vient. Mais mon enculeur s’y entendait parfaitement pour mâter les petites garces comme moi et finit par me rend folle de plaisir. Ses va-et-vient, amples, majestueux, se sont accélérés peu à peu et se sont intensifiés. Il m’a pénétré longtemps, passionnément. Je n’avais plus aucune inhibition, me voici réduite à l’état de femelle en rut. Mon premier orgasme anal m’a submergé.

Alterner les plaisirs avec plusieurs hommes a son charme, aucun mâle n’a la même façon de faire l’amour. Entre mise en scène calibrée et plaisir interdit, la fessée érotique met du piment dans l’acte d’amour. J’ai eu de mal à regarder mon homme le lendemain, j’avais peur qu’il me considère comme une catin car c’est moi qui avais exigée de vivre ce jeu pervers. Au contraire, aujourd’hui, il m’adore et nous sommes prêts à revivre une nouvelle histoire avec un couple vicieux…

Laisser un commentaire

Catégorie : Bondage, Fantasme, Libertinage
Aucun commentaire