Je baise et je jouis

Bourgeoise vicieuse

Il y a de cela quelques années, cinq ans précisément, je vivais encore chez papa et maman. A l’obtention de mon doctorat à 26 ans, étudiante brillante, je n’avais guère le temps de m’adonner aux joies du sexe. Premier travail intense à 27 ans, grosses responsabilités à 29 ans, directrice générale d’une PME à 30 ans. Aujourd’hui, à trente-deux ans, je n’ai toujours aucune vie de famille !

Ce temps libre me permet au moins une chose, de me livrer sans contrainte un  vendredi par mois, quand les circonstances le permettent, à ma lubrique passion : séduire les hommes et mener le jeu. Peut-être ne me croirez-vous pas capable d’un tel acte, si vous me croisiez  et pourtant, je suis une chasseuse de mâle. C’est enfin vendredi soir ! J’adore les bars de palaces d’exception. Je me rends dans un grand hôtel sélectionné soigneusement par mes soins et j’attends assise à une table. Je suis habillée d’un tailleur très strict, très bien coiffée et maquillée. Je suis ce que les étrangers appellent symbole de l’élégance à la  française. J’aime ces endroits, car on y trouve des hommes d’affaires en quête d’aventures sans lendemain. C’est exactement ce que je recherche. Je suis assise à déguster du champagne quand je repère un inconnu, pas très beau mais d’un charisme certain. Jeu de regards. Je griffonne un mot très direct : « J’ai envie que vous me fassiez  jouir ». Je tends à un garçon. Réponse de l’homme « Parfait ». J’adore la brièveté des échanges. Vous me direz, n’avez-vous pas peur d’aller trop loin ? Jamais quand il s’agit de sexe. L’homme m’indique son numéro de chambre. J’apprends qu’il est célibataire, tant pis je déroge à ma règle, celle de ne rencontrer que des hommes mariés. Deux heures plus tard nous sommes nus. J’exige bien évidemment du champagne, mon péché mignon. Deux coupes plus tard, me voilà  chaude et luxurieuse. Il me dit qu’il adore les petites bourgeoises coincées d’apparence car ce sont d’après son expérience, les plus vicieuses. Je suis en effet de nature totalement libertine et quand un homme me plait, je deviens une nymphomane confirmée ! Femme chaude, mon appétit sexuel est alors très grand… Il a intérêt à être  à la hauteur… 

Bourgeoise accro au sexe

Vous l’avez compris en dehors de ma vie professionnelle, j’adore le sexe, c’est comme qui dirait, une réelle addiction. Je prends tout de suite les initiatives, ce qui plait à mon partenaire. Avec mon rouge à lèvre, je barbouille cette queue bien raide. Elle est rouge et appétissante. Je la prends alors en bouche. Je ne sais pas pourquoi j’adore ce genre de rituel. Peut-être qu’en barbouillant cette jolie queue, je me transforme en chienne lubrique. Bref, je prends la verge en bouche et je l’astique avec frénésie et convoitise ! Il adore, je le sens au bord de l’explosion. Son phallus est de très belle dimension, je l’enfonce de plus en plus loin dans ma gorge. C’est alors qu’il m’allonge sur le lit et respire mon minou amplement. Son souffle chaud sur mes lèvres m’excite. Il m’écarte les cuisses et lèche mon bouton d’or de longues minutes. Ensuite, une langue timide à la pointe effilée s’introduit dans ma bouche. Il m’offre ma cyprine, ce doux nectar me fait tourner la tête.  Nos salives se mêlent, nos respirations deviennent de plus en plus fortes. Petite pause pour reprendre nos sens  et nos langues reprennent leurs passionnés  combats, l’osmose se fait, j’ai hâte qu’il me prenne.  De nouveau, il redescend vers mon sexe, joue avec mon clitoris tout gonflé de plaisir et le titille avec sa langue. Je râle de plaisir. 

La chaude bourgeoise se fait pénétrer dans toutes les positions

Je veux sentir l’énorme queue de mon partenaire, cogner tout au fond de mon vagin détrempé de plaisir ! Je lui ordonne de me prendre tout de suite, je le supplie. Je le veux en moi, je l’insulte. En missionnaire, totalement excité, il m’empoigne par les fesses et me baise comme jamais. L’homme se déchaîne littéralement dans ma chatte toute baveuse. Son sexe imposant me remplit.  Oui, je suis une bourgeoise vicieuse, oui j’adore ce coït violent et bestial. Ma mouille suinte le long de mes cuisses et manifestement mon amant adore cela. Il devient insatiable. Il me besogne dans toutes les positions, ne me laissant aucun répit. Il me maintient les jambes en l’air et s’enfonce violemment. Je pousse d’intenses cris de plaisir. Je lui offre mon corps sans aucune restriction ! Ma jouissance est hurlante. J’adore ses grands yeux brillants. Il admire la garce lubrique tremblante de plaisir. Je veux qu’il explose en moi mais, il en décide autrement. Tout en continuant à contempler le spectacle, d’une main, il masturbe son membre ivre de jouissance et déverse en gouttes brûlantes  sa semence sur mes seins et mon visage. La sensation est extraordinaire.

Depuis notre première rencontre, nous nous voyons régulièrement depuis plus de deux ans. Une alchimie parfaite qui traverse les Temps semble-t-il !