Coquine sans culotte

Exhibition

Nous sommes un couple moderne de 25 ans. Nous vivons ensemble mais travaillons à des horaires très décalés la semaine aussi, n’avons-nous guère le temps de faire l’amour, si ce n’est quelques baisers tendres. Je ne sais quel genre de rapport vous entreprenez avec votre libido mais moi, lorsqu’elle semble en berne, je fantasme en attendant le vendredi soir. Et plus les jours passent, plus mon envie devient immense, intense.  Mon envie est tellement pressante que j’érotise presque toute les situations en imagination. J’ai une envie de sexe, comme l’envie d’un bon plat qui vous a manqué pendant cinq longues journées. Je suis gourmande sexuellement et j’aime la bonne nourriture ! Vendredi 19 heures. Enfin, ce jour marque le début de notre libertinage. C’est le début du week-end, nous sommes enfin en congé ensemble et c’est aussi le prétexte tout indiqué pour nous de nous adonner à mon jeu favori : l’exhibition. Je lui donne un rendez-vous galant dans un parc en fin de journée où je sais qu’à une heure précise, nombre d’hommes font du jogging… En fait, mon copain fait  semblant de ne pas me connaitre. Il est surtout là pour veiller sur moi. Il ne faudrait que je côtoie un déséquilibré… Une fois mon fantasme assouvie, il a toujours droit à sa récompense… Pour cet objectif, je me suis préparée, parée d’une mini robe noire et bien évidemment, je ne porte pas de culotte ni de soutien gorge. C’est tellement excitant de sentir l’air frais passer entre ses jambes. Assise sur le banc, un magazine à la main, je croise et décroise les jambes le plus naturellement du monde. Quand un type passe, je laisse tomber le magazine, je me penche rapidement pour le ramasser et je sens alors un regard appuyé sur mon joli minou épilé et mes fesses. J’adore ! A présent un homme d’un certain âge me fixe. L’air de rien, je fais quelques mouvement de gym comme pour me détendre d’un dur effort. Ma robe se soulève dévoilant mon intimité. Alors, j’ose lui demander un renseignement bidon, il me répond non pas en me regardant dans les yeux mais en fixant ma poitrine dont les pointes sont érigées par la situation. Alors, je fais signe à mon homme. L’autre disparait aussitôt. Nous avons maintenant très envie l’un de l’autre. J’ai besoin d’être baisée délicieusement, j’ai envie d’être prise ardemment, je veux crier ma jouissance.

Baisée en pleine nature

Nous cherchons un petit coin discret pour épancher notre soif de sexe. Et puis, tant pis si quelqu’un nous surprend. Nous sommes dans notre bulle. Il n’y a plus de repères, nous sommes seuls au monde. Ses mains se glissent sous ma robe, la relève facilement et c’est ainsi que presque nue, il me dépose sur l’herbe. Je ne me déshabille pas puisque je suis nue sous mon vêtement… J’aime sentir ses doigts lorsqu’ils se posent sur mes seins, j’aime la façon dont il les malaxe, les attrape avant de passer sa langue autour des aréoles. Il les suce, les mordille, les lèche. Nos  lèvres se rapprochent, nos langues se goûtent, les souffles s’accélèrent et les gestes s’affolent. Je me sens belle, désirable, convoitée. Il m’attire à lui, me serre dans ses bras. Nos corps s’entrelacent. Je n’ai envie que d’une chose, prendre sa queue dans ma bouche… J’aime l’odeur de son sexe, j’aime le sucer, j’aime entendre son premier gémissement  lorsque je le prends en bouche… Ce petit « oui, c’est bon ». Délicieux. Oui je l’avoue, je suis hédoniste et j’aime par dessus sucer mon homme. Si c’est jouissif pour lui, ça l’est tout autant pour moi. J’ai toujours une folle envie de le sucer. Je tourne autour de son gland, lèche avec volupté le méat. Quelques va-et-vient et je pose ma langue sur ses bourses gonflées qui frissonnent et se contractent et dans le même temps son phallus se met à vibrer. Je joue de sa verge de longues minutes. Alors, je l’enfonce plusieurs fois au fond de ma gorge mais il ne veut pas jouir. Ses mains parcourent mes jambes, caressent mes fesses, puis il me masturbe, c’est très bon. Il pince le bourgeon, je gémis. Je suis fin prête à le recevoir, alors à son tour, il me prodigue le plus intense des cunnis !

C’est à ce moment précis qu’il s’allonge sur le sol. J’ai terriblement envie de lui. J’aimerai avoir un coït presque au ralentit pour pouvoir bien ressentir tous les muscles de son corps. Je veux pouvoir sentir chaque centimètre de sa queue me pénétrant enfin. J’ai envie que ma chatte se contracte autour de son sexe et que je me sente bien, remplie, tout au fond. Je le chevauche lentement, son sexe est dressé fièrement et très dur, il me caresse le bouton.  Je ressens un plaisir clitoridien et vaginal à la fois… C’était remarquablement extatique. Je remue fermement, des coups secs, puissants, et  profonds. Je raffole de ses mains qui tantôt m’accompagnent, tantôt me caressent… C’est une impression d’une telle intensité… Si extatique… je jouis à grand cris, il crie son orgasme. En me relevant, mes sécrétions mêlées aux siennes se répandent lentement sur mes cuisses.