Il me prête à un autre homme

A ce moment là, je me laisse aller, j’entrouvre les cuisses. Un pénis qui n’était pas celui de mon homme se dirige vers ma vulve puis semble se raviser. Une bouche m’offre une caresse buccale. Je m’attends à ce qu’il manipule mon clitoris qui, très sensible me fait à chaque fois jouir très vite. Mais l’homme apparemment est une bête de sexe. 

Je m’approche de mon mari. Mes mains glissent sur sa peau. Il me caresse le minou complètement trempé. Je suis encore très excitée comme je ne l’ai jamais été auparavant.

Il lèche lentement l’alentour du clitoris qui je le découvre est une véritable source de plaisir : mes petites lèvres gonflent sous l’effet du désir. La satisfaction irradie mon joli minou entièrement lisse. L’entrée de mon vagin apprécie aussi les frôlements buccaux, sa langue s’enfonce puis tourne à l’intérieur. Ses lèvres embrassent, caressent, suçotent et sa langue lèche, caresse, appuie sur mon clitoris. Elle me fait des merveilles et me procure des sensations encore inconnues jusqu’à lors. Tout en me dégustant, une de ses mains caressent mon pubis, l’autre main mon ventre ou mes seins. Il me pince le téton qui s’allonge, s’allonge… Ses caresses me procurent d’infinies sensations toutes aussi formidables et intenses les unes que les autres. D’habitude, quand mon mari me prodigue un cunnilingus, je suis quasiment silencieuse et je bouge peu. Attention, cela ne veut pas nécessairement dire que je n’ai pas de plaisir, au contraire ! Je savoure l’instant religieusement. Le mouvement de mes hanches et à la tension de ses cuisses est pour mon mari révélateur du plaisir que je prends. Comme certaines femmes, j’ai une jouissance simplement discrète. Enfin, c’est ce que je croyais… C’est alors que sa langue titille, aspire, s’arrête quand le plaisir monte trop vite puis accélère la pression quand celui-ci redescend. Les caresses me font cambrer les reins. Je ne sais plus où j’en suis. Je crie, je jouis.

Le type alors me glisse un doigt dans la bouche. Il faut une grande confiance, beaucoup d’amour et une grande complicité pour s’abandonner dans le plaisir sous l’œil complice de son mari. L’homme est d’une hygiène irréprochable. Son sexe est rasé, non pas que je n’aime pas les poils mais le toucher est très agréable. Me voilà en position de missionnaire. Un corps à corps très langoureux et un face à face très excitant pour les acteurs et mon voyeur de mari ! Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Et puis mon homme sait que j’aime cette posture car elle présente de nombreux avantages : pénétration profonde et face à face excitant. Je suppose qu’il a donné toutes les indications à l’inconnu. C’est d’abord une  pénétration douce et lente. Sa verge est longue, fine et rigide. Il explore mon vagin avec une incommensurable douceur. Il pénètre mon univers intime, chaud, humide. J’adore. Au fur et à mesure des caresses, mon corps se détend et s’ouvre. C’est la première fois que je fais l’amour avec un autre homme. Mon époux se masturbe en me souriant, le regard lubrique et fier de sa petite femme.  Alors je me livre intégralement au plaisir qui, au fur et à mesure me gagne toute entière sans pudeur aucune. Mon partenaire se met à jouir bruyamment puis il se retire. Le sexe encore gonflé d’excitation, le préservatif gorgé, il part à la salle de bain.

Je m’approche de mon mari. Mes mains glissent sur sa peau. Il me caresse le minou complètement trempé. Je suis encore très excitée comme je ne l’ai jamais été auparavant. Je me faufile vers son entrejambe. Son sexe avide de caresses semble me supplier. Je tète d’abord le gland en des mouvements longs et doux. Je glisse ensuite ma langue entre son gland et son prépuce, il en gémit de plaisir. Le frein est toujours un endroit idéal pour de fortes pressions avec la langue. Je ne me gêne pas pour le régaler ! Rien ne vaut de bons coups de langue sur la hampe, de la base jusqu’au gland. Je lui gobe aussi les testicules. Je prends son sexe entièrement. Il en redemande. Je ne pense plus qu’à sa queue. Je lui lèche les bourses et remonte vers le gland. Je redescends, je remonte. Puis j’engloutis l’engin. Le contact de ma langue sur la paroi de son phallus est un vrai délice. Je le suce avec ardeur, J’enfonce sa verge le plus profondément possible. Je sens venir l’imminence orgasmique. Il craque et dans un cri rauque lève les yeux au ciel et se laisse aller à l’extase. Je place mon visage en face du jet de sperme chaud qui atteint ma bouche, mes joues… Après quelques minutes, nous sommes allés sous la douche et nous avons invité notre partenaire sexuel à nous rejoindre. Nous nous sommes bien caressés puis le type s’est éclipsé.

Je regarde alors intensément mon homme dans les yeux et je l’embrasse pour le remercier de cette première expérience. La prochaine fois, je lui offre une femme, ça c’est certain…