La salope et la gouine du village 4 – Sylvie

Tandis qu’elle espionne Natacha et Malika en pleine séance saphique, notre héroïne est rejointe par Damien et des amis à lui. Les mecs veulent abuser du tempérament de coquine de Sylvie, qui, peut-être, se laissera faire…

Je suis là, à mater Natacha en train de se faire téter les seins par cette petite gouine maghrébine. C’est le seul intérêt pour moi d’avoir mis une si petite jupe : j’ai un parfait accès à ma chatte et je peux me branler tranquillement en observant ma nouvelle amante initier cette gourgandine orientale.

Je me suis mise à mon aise. Je sais, par expérience, que rien ne viendra perturber les deux coquines. Natacha a basculé la demoiselle sur son lit et goûte maintenant sa chatte velue. Je suis en chaleur, il n’y a pas d’autres mots. Je peux reluquer à loisirs le cul superbe de la belle gouine.

J’aime voir Natacha en pleine action : elle a ce mélange d’assurance et d’impatience, de certitudes et de doutes qui vous font grimper au plafond. Et ce corps parfait de madone de porno lesbien. Elle a tout d’une star.

Et il faut bien dire que Malika n’est pas mal du tout non plus. Elle est maintenant à quatre pattes, le cul tendu vers la langue de Natacha qui la dévore littéralement. Pas si sûre que ces deux là en soient à leur première partie de baise. Elles osent tout et semblent connaître ce qui fait du bien à l’autre.

J’entends des pas, qui se veulent, discrets, dans les escaliers. A tous les coups, c’est ce cochon de Damien qui veut m’imposer un de ces plans tordus. Je décide de le laisser faire et quand je sens sa main sur mon cul, offert par ma position masturbatoire, je veux savoir jusqu’où il osera aller.

Je suis en train de me toucher en reluquant sa sœur en pleine baise lesbienne, et lui ne se gêne pas pour tripoter mes fesses. Très vite, je sens sa queue longue et dure sur ma peau, remplaçant ses mains, qui ont entrepris de retirer mon haut.. Je décide de jouer son jeu, et je me place en position de levrette, les yeux toujours rivés vers la porte entr’ouverte, prête à me faire prendre, alors que je regarde sa sœur, la tête désormais enfouie dans l’intimité de Malika.

Et il s’en donne à cœur joie, le salaud. Il me saisit les hanches et me pine de petits coups rapides qui m’arrachent des murmures de volupté. Aie ! Les filles se tournent vers la porte, elles vont nous voir. Damien a un mouvement de recul, je me planque. Fausse alerte, elles changent juste de position.

Damien revient à la charge et me pénètre à nouveau, de façon plus ample et surtout plus profondément. Croyez-moi ou non, mais je ne reconnais pas sa queue, cette bite qui m’a limée pendant des heures sous la douche. Celle-ci est plus épaisse, et un peu plus courte.

Je me retourne, affolée. C’est Pascal, le meilleur pote de Damien, qui me sourit, d’un air gêné, tout en continuant à me sauter. Dans l’escalier, il y a Damien et deux autres amis à lui, la queue à la main. Alors que les deux gouines continuent à se brouter le minou, tous les mecs sont suspendus à mes lèvres…

Comment vais-je réagir ? Je ne le sais pas moi-même. J’ai la chatte en feu et le sexe de Pascal me fait du bien. J’ai envie de voir la fin du spectacle lesbien, d’autant que Natacha, ses deux obus en avant, a pris place sur la bouche de son amante.

Ils veulent me sauter, et bien, qu’ils me sautent ces salopards. Après tout, j’aime ça, leurs queues qui me liment, les unes après les autres, pendant que je me rince l’œil sur Natacha et Malika. Ils vont pouvoir prendre place, chacun à leur tour, dans ma moule détrempée, pour peu que les deux lesbiennes continuent à baiser ensemble.

Désormais, c’est moi la salope et Natacha la gouine du village.