Première expérience lesbienne

Deux amies d’enfance découvrent le sexe lesbien et le plaisir saphique au cours d’une soirée entre filles. Cette première expérience lesbienne est le point de départ d’une histoire de sexe et d’amour.

Des amies d’enfance qui se découvrent.

Marie et moi, nous sommes amies depuis le bac à sable. Nous sommes âgées de vingt-six ans. Bien évidemment nos compagnons se fréquentent et sont eux aussi très amis. Quelle chance, me direz-vous ! Pas si sûr. Ils passent leurs temps à regarder le foot à la télévision. Un jour, lassées de leur attitude, nous leurs proposons de nous détendre dans  un bar sympa. Marvin, mon ami  s’assoit près de moi tout en sirotant sa bière, le copain de Marie lui consomme tranquillement un alcool fort tout en évoquant le  dernier match de foot.  Nous n’existons toujours pas. Nous tentons de débuter une conversation sur le dernier film sorti en salle, en vain. Tant pis pour eux nous décidons d’aller chez moi !

Je sors du champagne rosé du réfrigérateur et nous buvons à la santé de nos deux  sportifs de salon. Nous rions ! C’est elle qui a commencé à me taquiner. Elle me donne sa main, je la serre très fort. Elle m’embrasse sur la bouche. Sa langue s’est introduite dans la mienne. Agréablement surprise, je me laisse faire.  Je la prends  ensuite dans mes bras. C’est la première fois que je sens son souffle sur mon visage. C’est une sensation étrange. Elle passe sa main sous ma robe ensuite, elle me caresse le genou avant de la glisser entre mes cuisses qui s’ouvrent spontanément.

Je suis excitée. Cette situation pourtant nouvelle me parait tout à fait naturel. De mes mains j’explore son corps fin, me concentre sur sa respiration, l’odeur suave de sa peau. Je l’embrasse dans le cou, doucement, puis je remonte le long de sa nuque. La sensation de mon souffle dans son oreille la fait vibrer. Je hume son parfum, et caresse son visage. Mes mains se perdent dans ses cheveux alors que ma langue chaude parcourt le creux de son oreille. Pendant ce temps, elle monte doucement, tout doucement vers …ma petite touffe de poils. Avec deux doigts, elle écarte les lèvres pour faire ressortir mon bouton qui a durci depuis un moment déjà ! Je me déshabille, elle en profite pour m’embrasser les seins. Elle me découvre totalement : je suis totalement nue. Mon corps est alors envahi d’une chaleur incroyable, ma respiration devient haletante. Je lui retire à mon tour ses vêtements. J’aime ses tous petits seins, les pointes longues sont très sensibles. Je m’attarde d’abord sur ses mamelons puis je me dirige vers son sexe entièrement épilé avec gourmandise. Je le trouve beau. Ses lèvres sont parfaitement dessinées. Elles ne sont pas trop grosses, la seule chose qui dépasse est son long clitoris. Je caresse son sexe et à mon étonnement, je sens déjà de la cyprine. Sa vulve est  très plaisante à mettre en  bouche. Je passe toute ma langue sur ses lèvres de bas en haut. Elle gémit. J’aspire longuement son petit bouton en alternant les coups de langues.  Elle se tortille de plaisir. Elle jouit. Je suis fière de moi.

Elle veut aussi découvrir le goût intime d’une femme.

« Je vais à mon tour m’occuper de toi », m’assure Marie. Nous sommes l’une en face de l’autre : nous nous embrassons passionnément. Nos mains sont occupées à caresser les seins de l’autre. Marie lèche mon sein droit puis mon sein gauche. Mes seins pourtant naturellement gros, je fais du 90 D, semblent doubler de volume.  Je m’attarde sur son sexe. Cette fois, je ne fais qu’effleurer son clitoris. Je le fais apparemment très bien tant elle gémit. Elle veut aussi découvrir le goût intime d’une femme. Elle admire mon amande tendre et juteuse. Ses doigts impatients fourragent mon sexe qu’elle finit par savourer longuement. Si mon homme me voyait allongée, ainsi dénudée, les jambes écartées pour offrir ma béance humide à la bouche de Marie, je suis certaine que cela l’exciterait ! Elle me titille si bien mon petit bouton que je ne parviens plus à me retenir. Je me liquéfie. Je jouis.

Nous nous levons pour cuisiner ensemble. Nos compagnons ne viendront pas tout de suite, ils vont assister à un match d’un petit neveu. Nous sommes toujours toutes nues.  Marie pose sa main sur mes seins. Je caresse à mon tour sa petite poitrine que j’adore.

Nous dinons toujours nues. Nous prenons un morceau que nous partageons dans la bouche de l’une ou de l’autre. J’ai envie de me masturber. Je le fais devant elle. Elle fait couler sur mon sexe du miel entrainant ainsi une sensuelle partie de cunnilingus puis elle m’entraine dans la salle de bain. Nous faisons couler de l’eau dans la baignoire. Faire l’amour avec une femme c’est beaucoup de tendresse, de câlins, de bisous.

Je crois que nous nous aimons tout simplement.

Aujourd’hui, à chaque fois que je vois Marie, je sens mon cœur battre. Je suis heureuse. Oui, nous sommes  heureuses. Notre vie a changé. Nous aimons nos compagnons. Nous ne sommes pas à proprement parlé bisexuelles car nous n’éprouvons pas l’envie de faire l’amour avec d’autres femmes. Nous avons toujours envie de nous voir, de nous embrasser, de respirer nos odeurs mêlées, de sentir nos mains sur nos corps. Je crois que nous nous aimons tout simplement. Elle est  très prise par son travail. Moi par le mien.  Fatigue, vie de famille, vie parisienne (métro, boulot, dodo). Chaque retrouvaille sexuelle est, si je puis m’exprimer ainsi, une  bouffée d’air pure. Et puis qui sait peut-être qu’un jour nous ferons une partie à quatre. Quand cela se fera, je ne manquerai pas de tout vous raconter.

Manon