Trio et Double pénétration

Triolisme et libertinage

Cela fait plus d’un an que mon mari et moi, nous sommes devenus un couple libertin. C’est ainsi que je lui avouais que j’avais envie de tester la double pénétration. Je voulais que cette première ait lieu chez nous. Il accepta et se mit en quête, via un site de rencontre, de la perle rare. Après plusieurs semaines de rencontre, le jour J arriva enfin. Il était beau, musclé et doux. Après quelques verres de champagne, nous nous sommes tous les trois retrouvés entièrement nus. Il me complimenta pour mes seins lourds en forme de poire avec leurs bourgeons turgescents et leurs auréoles sensibles. Je me mis sur le dos, les jambes écartées pour lui faire découvrir ma vulve parfaitement lisse avec les grandes et petites lèvres gourmandes, le capuchon du clitoris et surtout le vagin au fond duquel il pourrait se régaler. Comme je suis très exhibitionniste, je me suis mise à quatre pattes, j’ai écarté mes fesses afin qu’il admire le sillon fessier et mon anus tout plissé. Il faut dire que j’ai encore magnifique que j’entretiens avec une grande attention.

Préliminaires à trois

Il n’en fallait pas plus pour exciter les deux hommes. Mon amant se mit derrière moi et commença m’embrasser le cou, pendant que mon mari m’embrassait langue contre langue. Je sentais mon ventre devenir plus chaud. Ensuite, mon Didier entreprit de me lécher mon minou. Pendant qu’il me léchait avec délectation, l’amant me palpait les seins, les embrassait, les titillait, les malaxait. J’adore quand on prend mes seins en bouche. Mes seins durcirent encore plus, l’excitation de me faire bientôt posséder par deux superbes mâles me mettait le corps en feu. Sentir en moi les doigts, une bouche sur mes seins et sentir cette langue sur mon vagin en feu, c’était absolument divin. Je me savais chanceuse de vivre une telle expérience.

Didier inséra deux doigts dans ma chatte détrempée. J’avais envie d’être prise tout de suite par les deux hommes et intensément. En réponse Fabrice, notre partenaire sexuel me caressait les fesses et me doigtait l’anus puis il introduit sa langue chaude et suave. C’était extraordinaire. Les deux hommes étaient prêts et voulaient me faire jouir une première fois en me prodiguant un cunnilingus tandis que l’autre me léchait l’anus. Le résultat ne se fit pas entendre. Une jouissance me terrassa dans des soupirs saccadés.  Il dégageait ses seins de mon soutien gorge et les prit avec avidité dans sa bouche. Assoiffé de sexe, je proposais aux deux hommes une petite fellation, histoire de bien nous remettre en condition. Les deux hommes se mirent debout, l’un à côté de l’autre et m’enfoncèrent tour à tour leurs queues dans la bouche. Je branlais celui que je ne suçais pas. Les succions par mes lèvres pulpeuses d’une cochonne affamée de sexe faillirent faire jouir mes deux complices.

Double pénétration

C’est alors que Didier proposa à Fabrice de me prendre. Fabrice s’allonge et je viens m’empaler lentement sur sa queue. Didier lui s’introduit ensuite dans ma petite chatte. Ils me pénètrent tous les deux en cadences dans de merveilleux va-et vient. Je suis obligée de me tenir pour bien rester empalée, car à chaque coup de rein, à chaque fois qu’une des deux gourdins vient « taper » au fond, cela me propulse en avant. C’est une sensation indéfinissable.  J’ai l’impression non pas d’avoir deux queues en moi mais une seule qui besogne à la fois ma chatte et mon cul. Mes orifices sont dilatés. Prise des deux côtés je luttais pour ne pas hurler de bonheur.

La sensation de ses deux queues dans mon cul et ma chatte me rendait folle. Leurs coups de reins étaient véloces et vigoureux. J’étais dégoulinante, on ne m’avait jamais fait l’amour comme ça et c’était plus que bon. Les mots crus fusaient et je ne savais plus ce que je disais. Je me sentais chienne. Cette double pénétration me procurait un tel plaisir et me faisait les insulter. Que c’est bon de se faire prendre ainsi. Que c’est bon d’être transformée en garce en rut ne pensant qu’au sexe !  Sur ce, ils se sont mis à me besogner de plus belle.

Didier est sorti de ma chatte qui est restée béante et il a présenté sa verge comme une offrande. J’ai gobé ce beau phallus qui venait de sortir de mon vagin, et après quelques va-et-vient, il s’est déversé dans ma bouche. Pour le récompenser, je me suis appliquée à tout avaler jusqu’à la moindre goutte de ce délicieux liquide. C’est à ce moment que Fabrice s’est vidé au fond de mon cul. C’est à ce moment précis que tout d’un coup un orgasme fulgurant a inondé tout mon être. Mes orifices sont repus. Je me sentais était vidée de toutes mes forces mais heureuse ! Tellement heureuse !

Madeleine